La poudre d'escampette
La poudre d'escampette

Réseaux

Follow me on Instagram: Nindadademi

tripadvisor: dandynette

Al fin

Et voilà le temps du retour. Je retiens plus les lieux que les rencontres. Je prends la route avec des compagnons non intéressés par le couchsurfing, ni homestay. Les rencontres faites sont donc très différentes qu'à l'accoutumé, j'ai échangé avec d'autres voyageurs. Même si c'est sympa, ce n'est pas mon fort. Comme vous l'avez peut-être déjà deviné, je suis de ceux qui ne raffolent pas se retrouver parmi une masse de congénères. L'effet de groupe change radicalement la relation que l'on peut avoir avec les locaux. Cela annihile l'authentique. Tenter de se connecter (non pas de manière virtuelle), dans ces moments-là, c'est comme pisser dans un violon

De Isla colon à Panama city

Devant reprendre le travail plus tôt, je finis ce voyage seule, avant mes compagnons de route. Je reviens de trois jours sur l'île panaméenne de Bocas del toro. Je passerai deux jours et demi à Panama city. Je fais le choix de ne pas prendre le bus de Siaxola à Panama (on ne sait jamais les aléas de la route). J'opte pour un avion tôt la veille (toujours dans l'optique du filet de sécurité) .

L'hostel est proche de l'aéroport. En même temps, l'île est minuscule. Une heure de bus et tu en as fait le tour. Je ne sais pas si le délai pour l'enregistrement et embarquement va être le même qu'à l'aller. Du coup, je pars tôt. Mon billet précise que l'enregistrement se fait 3h avant. J'obtempère. Mais quelle erreur ! Vraiment ! Une demi-heure avant aurait été suffisant. Je prends un avion Air Panama pour une cinquantaine de personnes. Je décolle à 6h. Pour une heure de vol, j'ai quand même eu droit à une collation et des crackers.

Arrivée à Albrook airport, j'ai pris un taxi pour moins de 2$ jusqu'au mall ( station de bus qui me fait penser à l'Inde et aussi les scolaires américains) afin de rejoindre le métro jusqu'à casco veijo.

Vers la France

Je commande un shuttle (pick up service)de l'hostel  jusqu'à l'aéroport. Il se trouve que je n'ai pas trop le choix au niveau des horaires. N'ayant pas prêté attention à l'aller quant au timing nécessaire et réel du trajet en taxi (et prenant un aéroport différent), je ne prends pas le risque de rater mon vol.

Avant de partir, je me prends le temps de me choper un dernier céviché (Je le mangerai à l'aéroport :D ).

       Tout passe comme une lettre à la poste. Dans l'avion, cette fois (contrairement à l'aller) on a eu droit à un autre film en plus de "Seul sur mars" (encore), ouah trop cool. Vraiment, Air Ibéria aura eu raison de moi.

Et voilà, comme souvent quand je rentre de voyage et que je transite sur Paris, avec Flore, nous en profitons pour nous voir le temps d'un café. (C'est-il pas mignon tout plein ?) Une dernière escale avant de rentrer en train sur Strasbourg.

Toutes les histoires, sur la page Buenas Panama

 

Ps voyage backpack réalisé en janvier 2016 pour plus de photos, visitez la galerie

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Virginie Desbois