La poudre d'escampette
La poudre d'escampette

Réseaux

Follow me on Instagram: Nindadademi

tripadvisor: dandynette

l'app Allvibes.io : Virginie

A Panama city

Partant avec d'autres personnes, je me suis investie dans les informations sur le Costa-Rica. Restant plus longtemps, Coco a fait les recherches sur le Panama. Je n'ai pu qu'apercevoir la ville le temps de 2-3 jours. Je te parlerais donc brièvement de logistique et de lieux que je recommande.

A la découverte de Panama city.

 A l'aller, nous ne restons qu'une soirée sur la ville, le temps de faire un petit tour de repérage.  

 Nous prenons un taxi depuis l'aéroport Tocumen jusqu'à notre hôtel à Panama-City. 

Sur les trois, nous sommes deux à vouloir en profiter pour sortir. Vers les 22h, nous prenons un taxi en direction du mercado de pescado de casco vieijo. Mais nous rentrerons à pied. Nous n'avons eu aucun souci. Même en étant deux filles. (En même temps, quand t'as les mains dans les poches sans sac et que tu n'es pas le nez en l'air à chercher ton chemin, on te laisse tranquille...)

Lorsque tu te balades, tu peux aisément prendre conscience de la présence policière. Mais elle est ressentie comme bienveillante et non telle une oppression flippante résultant d'une certaine insécurité (comme au Brésil).

Le lendemain, nous nous rendons à San José, au Costa Rica.

 nous prenons le métro jusqu'au terminal de bus d'Albrook (Terminal de Gran Transporte). Il se trouve face au Mall. Nous y alpaguons un taxi en direction de l'aéroport Albrook. (C'est celui pour les vols domestiques). La course équivaut à deux dollars.

 Entre  la paperasse, se faire peser avec votre sac,( oui, vous avez bien compris), de prouver que ce n'est qu'un aller-retour dans le pays ; le temps de gérer ces formalités, 2h30 sont facilement passées.

Au retour, mes déplacements se font majoritairement à pied et en métro. Mais pour le coup, le taxi n'est pas excessivement coûteux (je faisais essentiellement des distances à environ 2 $ ). Pour les distances plus importantes, je prends le métro.

Seein sights

Casco viejo

Si tu as vu où se porte mon attention dans les voyages, tu te doutes bien que je m'attarde plus dans les zones situées dans la basse ville, le casco antigo.

Je ne vais tout de même pas te dire de te rendre du côté buildings foisonnants ! Sauf si c'est l'american dream qui t'enflamme. 

Quoiqu’il en soit, mes activités se sont limitées à errer dans casco vieijo, manger au marché à poisson, me balader à pieds (comme d'hab) et faire le marché du quartier.

 

Lorsque tu entres dans les magasins "souvenir" même en parlant espagnol les prix sont élevés, et même quand tu t'en sorts bien, ça reste onéreux (en comparaison avec les autres voyages, ce n'est pas le Népal, ni le Bénin!). Qui dit zone touristique dit prix exhorbitants. Et Quand on n'oublie pas que les choses futiles ont souvent la valeur qu'on leur accorde, le revers du tourisme fait bien mal. J'en profite pour te faire un aparté sur le prix des clopes. Ce sont surtout les étrangers qui fument. Du coup, c'est extrêmement coûteux, pour la première fois, le duty free fait sens. 

Le contact avec la population n'est pas des plus facile. En étant seule, au retour, j'ai pu croiser plus de monde. La relation avec les gringos est assez rude. En dépit de l'occidentalisation de la ville, la population est assez pauvre. Je ressens l'effet des pays individualistes. Un contraste avec le Costa Rica qui semble libéré de tout suprématisme colonial ; où les relations semblent plus équilibrées. Ainsi, on ne se sent pas considéré simplement par : "toi, l'autre inconnue, l'étranger". J'aime bien que l'on me considère simplement pour moi. Du coup, il y a des endroits où le rapport aux autres est plus facile, où le poids de l'étiquette (touriste, femme, métisse...) est amoindri.

Miraflores

   Je prends le métro jusqu'au mall et le bus pour me rendre au canal, (je me suis un peu plantée, du coup j'ai un peu marché et les gens m'ont aidée)

C'est un système d'ingénierie impressionnant.

Ce qui est regrettable, c'est que la partie étant visitable est l'écluse de miraflores. Or, la seule vue possible est depuis le musée derrière la grille de l'écluse. L'entrée est de 15 dollars, mais tu paies pour le musée. (Bien que je conçoive parfaitement qu'on ne fasse pas visiter un chantier à tout public, je pensais qu'il y aurait un minimum d'aménagements accessibles en ce sens.)

le musée reste tout de même assez intéressant cela dit. La visite commence par une courte projection. Chaque étage a son univers. (photographies, maquettes, espace ludiques, biodiversité, mécanismes...)

miraflores, panama, amérique centrale les océans pacifique et atlantique se croisent

Toutes les histoires, sur la page Buenas Panama

 

Ps voyage backpack réalisé en janvier 2016 pour plus de photos, visitez la galerie

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Virginie Desbois