La poudre d'escampette
La poudre d'escampette

Réseaux

Follow me on Instagram: Nindadademi

tripadvisor: dandynette

Le trajet

 J'arrive en bus depuis le pays de Thomas Sankara, où j'ai effectué une mission de bénévolat. J'en profite pour aller voir les copains. 

J'ai fait ma demande de visa à entrées multiples en étant en France. Je me dis que ça m'évitera des désagréments sur place. La part d'imprévus prévisible. (pour plus d'infos concernant les préparatifs du voyage, je te revois à l'article du Burkina.) En plus, je pars au début des évènements à Ouaga, les soulèvements de la population face au gouvernement de Blaise Compaoré.

Des redites avec la page du Burkina sont possibles, bien que ces articles soient complémentaires.

Je te la fais courte : Ouaga- Fada ; Fada- Porga; visa entrées multiple Porga-Cotonou; à partir du Bénin, taxes policières à gogo...

Afin que cela n'engendre pas des dépenses excessives, je prends donc le bus pour aller jusqu'à Cotonou. Autant dire que j'étais la seule blanche... 

Changement à Fada n'gourma, où je passe la nuit dans le mini bus qui me conduira au prochain bus, avant le passage de frontière. Une formalité plus ou moins longue. Un dernier changement de compagnie de bus (de la burkinabé à la béninoise).

Je planque l'argent (50 000 CFA) en petites coupures (2000 CFA), éparpillées dans différentes cachettes.

Là, tu vois la corruption béninoise : les taxes à chaque poste policier béninois. Ce que tu ne trouves pas au Burkina, pays de l'homme intègre.

On se retrouve à l'arrêt sur la route pendant des heures. Sachant que cela faisait plus de deux heures qu'on roulait sans arrêt pipi et ravitaillement. Le chauffeur ne voulait pas nous laisser sortir et avait bloqué les portes. Nous sommes sortis par les fenêtres. Un sketch! 

      Toutes ces transitions, ces déboires sur la route ont mené à un trajet de 33h... (contre les 16h initialement prévues) Peut-être que si j'avais déboursé le prix de mon aller-retour dans mon aller simple, je serais arrivée avant.. (non , car on n'était pas les seuls coincés sur la route !!)

Autant te dire que François et Ismaël ne sont revenus me chercher qu'une fois que je leur ai fait signe de mon arrivée. Oui, parce que dans mes frais de voyages, je compte souvent sur l'achat d'une sim locale (airtel).

Quoi qu'il en soit, j'arrive à la "gare" (t'es juste garé devant une maison) à fin pavé de Saint Michel à Guinkomey, dans Cotonou. Je peux te dire que j'en ai un peu ma claque. Là, t'as des porteurs, j'en veux pas, payer quelqu'un juste pour transvaser mon sac d'une soute à un coffre, stp, on arrête les frais, ça serait gentil.

Toujours une arrivée en trombes, toujours aussi charmante, toujours aussi économe. Comment te dire ? Je suis excédée !

Toutes les histoires, sur la page Bénin, un seul mot
Ps voyage accompli en 2011 pour voir les photos, visitez la galerie

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Virginie Desbois